Livraison suivie gratuite à partir de 20 € d'achats (France Métropolitaine) + d'infos

Book Hémisphères est une SCIC et entreprise d'insertion à but non lucratif

0,00 € 0 Mon panier

Votre panier est vide.

Encore 20,00 € pour obtenir la livraison gratuite (France) (France, conditions)

Chercher un livre
Search Form

Nos rayons

  • Etat: Occasion - Etat Correct - Jauni, Un peu abîmé
  • Date de cette édition: 1961
Commandez avant pour une
expédition le Lundi 9 Déc.

Livraison à 3,15 € (estimatif)
Gratuite dès 20 €

30,00 €

En stock - Disponible

Garanties & Services

Paiement sécurisé
Satisfait ou remboursé
Stock direct
Service personnalisé

Résumé

Léon Blum, en 1924, rejetait la participation des socialistes au gouvernement Herriot. Mais il admettait que les socialistes pourraient être amenés par le jeu naturel du régime parlementaire à exercer le pouvoir, si le suffrage universel les investissait d'une autorité suffisante, à plus forte raison si la démocratie ne pouvait plus fonctionner s'ils n'assumaient la direction. En 1936, ces conditions se trouvèrent réunies et Léon Blum fut appelé au pouvoir.
Paul Ramadier, qui fut dès 1924 avec Paul Boncour, Pierre Renaudel, Marius Moutet partisan de la participation, replace l'exercice du pouvoir dans l'évolution qui a conduit les partis socialistes européens de l'orthodoxie marxiste t...

Léon Blum, en 1924, rejetait la participation des socialistes au gouvernement Herriot. Mais il admettait que les socialistes pourraient être amenés par le jeu naturel du régime parlementaire à exercer le pouvoir, si le suffrage universel les investissait d'une autorité suffisante, à plus forte raison si la démocratie ne pouvait plus fonctionner s'ils n'assumaient la direction. En 1936, ces conditions se trouvèrent réunies et Léon Blum fut appelé au pouvoir.
Paul Ramadier, qui fut dès 1924 avec Paul Boncour, Pierre Renaudel, Marius Moutet partisan de la participation, replace l'exercice du pouvoir dans l'évolution qui a conduit les partis socialistes européens de l'orthodoxie marxiste triomphante au Congrès d'Amsterdam de 1904, aux programmes socialistes de la dernière décennie, qui ne tendent pas à l'établissement d'un régime économique et social préconçu, mais à assurer le règne de l'équité et la libération de toutes les oppressions.
Cet effort vers la justice et la liberté n'est possible que dans la démocratie et par la démocratie. Il exige l'intervention de l'État et un certain recours à sa puissance de contrainte qui deviendrait intolérable si l'idée démocratique ne régnait pas en maîtresse.
C'est dans cette perspective que l'auteur dresse le cadre dans lequel le pouvoir peut être exercé. Les problèmes du- travail sont à la première place et, bien qu'ils aient presque tous été abordés, exigent encore de nombreuses refontes. Le développement de l'économie collective est lié à la marche du socialisme. Les nationalisations et les socialisations y tiennent une large part, mais non pas exclusive. L'économie dirigée, la planification, la redistribution des revenus ont pris une place prépondérante dans l'action socialiste. Il n'y a pas une seule voie triomphale qui monte vers la justice sociale, mais une multitude de chemins. Peut-être n'atteint-on pas un paradis, mais seulement un niveau supérieur. L'effort socialiste n'a pas de fin dernière : mais il a une direction constante.

Source : Laffont

Lire la suite
Acheter le livre d'occasion Les socialistes et l'exercice du pouvoir sur livrenpoche.com

product_id :817811 ref_livre :305628

Vous trouverez aussi ce livre dans ces rayons

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'informations ici.
X