Livraison suivie gratuite à partir de 20 € d'achats (France Métropolitaine) + d'infos

Book Hémisphères est une SCIC et entreprise d'insertion à but non lucratif

0,00 € 0 Mon panier

Votre panier est vide.

Encore 20,00 € pour obtenir la livraison gratuite (France) (France, conditions)

Chercher un livre
Search Form

Nos rayons

  • Etat: Occasion - Bon Etat
  • Date de cette édition: 2009
Commandez avant pour une
expédition le Marsdi 25 Fév.

Livraison à 3,15 € (estimatif)
Gratuite dès 20 €

4,83 €

En stock - Disponible

Garanties & Services

Paiement sécurisé
Satisfait ou remboursé
Stock direct
Service personnalisé

Résumé

In memoriam?>« Je ne vois clair qu'au contact de la vie. »JACQUES RIVIÈRE.Comment parler de lui? Comment juger quelqu'un sur le jugement duquel on s'appuyait? Je l'ai fréquenté de trop près pour ne pas souffrir aujourd'hui d'un manque de recul qui trouble ma vue, comme son silence soudain a troublé ma pensée. Comment parler de lui alors que je ne me sens capable encore que de lui répondre? Certains amis se laissent étudier sans se soucier ou souhaiter d'intervenir, il semble que leur vérité soit aussi indépendante d'eux qu'elle l'est de celui qui prétend les connaître; Riviè...

In memoriam?>« Je ne vois clair qu'au contact de la vie. »JACQUES RIVIÈRE.Comment parler de lui? Comment juger quelqu'un sur le jugement duquel on s'appuyait? Je l'ai fréquenté de trop près pour ne pas souffrir aujourd'hui d'un manque de recul qui trouble ma vue, comme son silence soudain a troublé ma pensée. Comment parler de lui alors que je ne me sens capable encore que de lui répondre? Certains amis se laissent étudier sans se soucier ou souhaiter d'intervenir, il semble que leur vérité soit aussi indépendante d'eux qu'elle l'est de celui qui prétend les connaître; Rivière au contraire désirait de collaborer à tout jugement d'autrui sur lui-même, corrigeant, se corrigeant, suggérant les corrections, vous convainquant que sa présence ajoutait à l'idée qu'on devait se faire de lui, ou du moins la modifiait. C'est que ce maître et ce conseiller était en pleine croissance, que d'aucun point de vue on ne pouvait l'embrasser complètement. C'est aussi qu'il avait des certitudes sur lui-même et la rare modestie ou le rare orgueil de vous les laisser deviner. Ce goût de la collaboration pour la connaissance de soi, et la tendre admiration que je professais pour son esprit m'avaient permis d'incorporer mes quelques idées au dialogue vivant, anxieux, jeune, ardent, fleuri de naïvetés exquises, qui constituait, je crois, le mode de formation le plus essentiel de sa pensée. De là le caractère personnel de ces notes, qu'il me faut bien leur conserver si je veux demeurer fidèle à son esprit. Lui qui ne voyait clair qu'au contact de la vie, la monnaie fiduciaire de la spéculation philosophique lui répugnait, il voulait que les échanges se fissent de personne à personne, il ne s'intéressait pas tant à vos idées qu'aux instincts dont ces idées étaient la traduction plus ou moins fidèle. « Il faut l'avouer franchement : c'est une relation qui est ici décrite, bien plutôt qu'un objet, bien plutôt qu'un visage... » Ce qu'il écrivait là à propos de l'Allemand s'applique à toutes ses œuvres, à toutes ses expériences. Mais il ne s'agissait pas de ces relations factices où l'un des termes mange l'autre : Rivière vous repoussait loin de lui plutôt que de risquer de vous confondre avec lui; avant de chercher à vous rejoindre, il s'appliquait d'abord à réparer le désordre sentimental d'une amitié naissante, à vous situer dans votre lumière propre, à vous restituer vos frontières naturelles. Avec quelle précision, je le dirai tout à l'heure. Et nullement aux dépens de l'amitié, car il vous communiquait l'impression bizarre et délicieuse qu'on se rapprochait de lui à mesure qu'on s'en éloignait. J'ai abusé, nous avons tous sans doute abusé de ce jeu charmant. Je l'ai trop contredit, et pas toujours par nécessité. Aujourd'hui que notre dialogue est brusquement interrompu, ce n'est pas sans une amère nostalgie que j'évoque les qualités si rares qu'il laissait chicaner par indulgence de maître scrupuleux, et aussi par amour frénétique de la vérité. D'aucuns, plus ou moins bien intentionnés, ont souligné l'intellectualisme de Rivière, son goût pour l'ordonnance conceptuelle et la définition ; non sans raison certes, puisqu'il était en effet un intellectuel de race, l'instinct de compréhension chez lui ne faisant qu'un avec l'instinct vital. Analyser, définir, c'était pour lui respirer, se conserver, proprement aboutir. Mais plus encore, je crois, que l'aboutissement de sa pensée, l'origine et l'impulsion première en étaient inestimables : je fais allusion à l'immédiateté et à la précision de son intuition des êtres, qu'ils fussent esthétiques ou humains. Le manque d'être au départ, c'est cela qu'il ne pouvait souffrir chez l'« Allemands, et qui explique certaines injustices, ou du moins certaines généralisations hâtives qui gênent dans son livre. Or non seulement Rivière était incessamment et comme involontairement en relation avec des êtres, mais il enregistrait tout de suite les nuances spécifiques par quoi chacun se distinguait de lui et tous les autres. « La vigueur d'un esprit, écrivait-il en 1919, se mesure peut-être à sa capacité de maintenir entre ses idées l'écartement qu'il y a entre les choses qu'elles représentent. » Cet écartement, sa sensibilité le maintenait d'elle-même avant le secours de l'intelligence.Ceux qui, avant la guerre, saluèrent ce Chérubin des lettres avec émerveillement, se souviendront qu'ils admiraient surtout sa faculté de briser les cadres de la littérature et de l'art, d'ignorer tout ce qui n'était pas la substance particulière de l'œuvre de son choix. Qu'il s'agît d'un paysage de Cézanne, d'une Passion de Bach ou d'un drame de Claudel, Rivière s'y éprenait d'une individualité originale, d'un être avec lequel il nouait amitié, d'une chose qui existait par soi et se déimissait en lui. Non qu'il fût porté à définir, j'y insiste, par simple goût de l'intelligence : il n'avait désiré de comprendre que parce qu'il avait d'abord embrassé, la compréhension confirmant une intuition sensible qui lui était antérieure. C'est par là que Rivière était moderne, par là que, malgré de profondes différences, il s'apparentait à Marcel Proust. Ses Etudes sont des gammes de sensibilité rendues intelligibles, mais d'une intelligibilité qui demeure étroitement fonction de la réaction sensible. Qu'importaient dès lors les omissions, les insuffisances historiques? Qu'importait surtout la classique distinction de la critique et de l'art? Du fait que Rivière était moins un critique qu'un capteur d'êtres, il résultait que du portrait au visage vivant, de la musique aux passions de l'âme, du drame aux actions réelles le passage était continu et normal. Avec une même exaltation et une même méthode il éprouvait et comprenait l'être esthétique de Dostoïevski, l'être politique de la France, l'être féminin d'Aimée; et obéissant à l'impulsion qui l'avait éloigné de la littérature, il y revenait bientôt chargé de butin, non pas avec des soucis purement professionnels, mais parce que c'était pour lui le milieu le plus propre à la culture, à l'éclosion de la vérité. Car Rivière écrivait pour connaître, contrairement à tant de confrères, qui connaissent pour écrire et finissent par écrire sans connaître. Livresque, il l'avait été sans doute, par aventure, parce qu'on commence à vivre comme on peut; mais il l'était si mal au fond que dans ce monde des lettres je le voyais souvent étouffer comme dans une prison.Source : Grasset

Lire la suite
Acheter le livre d'occasion Messages sur livrenpoche.com

product_id :1620004 ref_livre :393676

Vous aimerez aussi

Vous trouverez aussi ce livre dans ces rayons

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Plus d'informations ici.
X