Chronique indiscrète des mandarins Tome I

Wou King-tseu

1,83 €

Disponibilité : Rupture de Stock

Informations complémentaires

  • Livre format poche Livre Poche
  • Livre en français Livre en Français
  • Livraison à 1.99 € (France, Belgique, Lux, en Mondial Relay), Gratuite dès 20 € Livraison à 1.99 € (France, Belgique, Lux, Espagne en Mondial Relay),
    Gratuite dès 20 €
  • Expédié sous 24h (jour ouvré) Expédié sous 24/48h (jour ouvré)

  • Paiement sécurisé
  • Acheter Chronique indiscrète des mandarins Tome I de Wou King-tseu d'occasion.
  • chez Gallimard
  • Genre :
  • 434 pages
  • Paru en 1986 dans cette collection
  • EAN : 9782070707461

Ce roman dont la traduction exigea quinze années de travail d'un des plus savants lettrés, M.
Tchang Fou-jouei, est considéré par Lou Siun comme le plus réussi des romans satiriques de son pays. On dirait aussi bien : l'un des plus réussis de la littérature universelle. Qui veut connaître la société chinoise d'avant la Révolution, c'est l'auteur de cette Chronique en vérité fort indiscrète des mandarins, Wou King-tseu (1701-1741), qu'il devra lire de toute urgence. Fils de mandarin, lettré lui-même mais qui refuse de se présenter au concours, aux épreuves du " vaste savoir " et des phrases symétriques, cet écrivain verveux, à la langue aussi peu conformiste que drolatiquement efficace, met au pilori toute la société de son temps (que par prudence indispensable il transpose dans la dynastie précédente).
Plus de deux cent cinquante personnages apparaissent, disparaissent, non point marionnettes, car ce vrai romancier présente des humains complexes, mais qui font font font trois petits tours et puis à l'occasion s'en vont (selon l'une des grandes techniques du roman, qui agglutine les nouvelles). Maquereaux et putains, prêtres de toute robe, juges plus pourris que les bandits et voleurs qu'ils condamnent, concours dérisoires, mandarins prévaricateurs, bureaucratie plus inefficace encore que tyrannique, toute une société vermoulue, condamnée, grouille ici, fricote et fornique, sous l'œil implacable mais souriant de celui qu'on appelle souvent le Gogol chinois.

Source : Gallimard