L'Italie et rome. : 218-31 av. J. C

Jean-Pierre Vallat

Title

4,94 €

Disponibilité : En Stock

Informations complémentaires

  • Livre en Grand format Livre Grand Format
  • Livre en français Livre en Français
  • Livraison à 1.99 € (France, Belgique, Lux, en Mondial Relay), Gratuite dès 20 € Livraison à 1.99 € (France, Belgique, Lux, Espagne en Mondial Relay),
    Gratuite dès 20 €
  • Expédié sous 24h (jour ouvré) Expédié sous 24/48h (jour ouvré)

  • Paiement sécurisé
  • Acheter L'Italie et rome. : 218-31 av. J. C de Jean-Pierre Vallat d'occasion.
  • chez Armand Colin
  • Genre : Empire romain & Gaule
  • Paru en 1995 dans cette collection
  • EAN : 9782200215309

Qu'est-ce que Rome lorsque, les guerres puniques terminées, elle maîtrise militairement l'Italie, la Cisalpine, et les îles environnantes ? Qu'est-ce que l'Italie ? Si romancier veut dire imposer à un monde hostile ou consentant une forme de domination d'un type nouveau et spécifique, alors nous pourrions dire, un peu par provocation, qu'il n'y a jamais eu de romanisation. Car Rome n'est plus dans Rome depuis longtemps. Cité sabine, latine, étrusque, grecque, ouverte aux contacts avec les puniques, la Rome des années 200 a subi, accepté, rejeté, connu, toutes les influences de la Méditerranée. C'est donc en tenant compte de la multiplicité des substrats que Rome rencontre en Italie, qu'il faut envisager sa domination sur la péninsule. Insister sur l'unité et la diversité de la péninsule Italienne à la fin de la République, c'est chercher à comprendre une emprise complexe de Rome. La violence de la conquête est une romanisation forcée : l'idéologie en est un élément essentiel car chaque peuple italien a sa propre vision de l'autre. Quel est dans ce processus, le rôle et la place respectifs des institutions centrales de Rome, des institutions locales romaines, des institutions " en voie de romanisation " et des institutions locales indigènes ? Charges et devoirs sont au c½ur du processus d'intégration progressive à la citoyenneté romaine. La société romaine est à la fois cloisonnée, segmentaire, hiérarchisée et extrêmement fluide, ouverte à l'ascension sociale, au changement de statuts. Elle intègre et repousse, favorise ou empêche, de par sa structure même, les évolutions dues aux crises. L'économie participe aussi à cette intégration selon la participation des individus ou groupes à des degrés divers au marché, à la diffusion de la monnaie, à la ville ou à l'autoconsommation. Enfin l'art, la religion, la culture sont autant de formes et de moyens de participation ou de rejet du monde romain. L'espace civique, architectural, spectaculaire fait de la ville un modèle visuel palpable de formes multiples de la romanisation.

Source : Armand Colin