Passer aux informations produits
1 de 1

L'orphelin de la Bastille Tome II : La révolution !

L'orphelin de la Bastille Tome II : La révolution !

  • Livre Format Poche Poche
  • En français Français
Prix habituel 3,43 €
Prix habituel Prix promotionnel 3,43 €
Promo
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.
Expédition sous 24/48h | jour ouvré

Livraison à 2.49€ avec Mondial Relay. Gratuite dès 25 €

Paiement sécurisé
  • American Express
  • Apple Pay
  • Mastercard
  • PayPal
  • Visa

Un achat engagé

  • Soutenez une coopérative à but non lucratif
  • Livre collecté, stocké et traité en France
  • Participer à une économie circulaire
Afficher tous les détails
  • Résumé

    C’est le deuxième volume de L’Orphelin de la Bastille. À la fin du tome 1, nous avons laissé le jeune héros, Aimé de Frénolec, au pied de la Bastille. C’était le 1er juillet 1789, il était admis dans la garnison de la forteresse royale comme tambour. Très vite, il découvre un petit monde somme toute bien éloigné des imageries révolutionnaires. Il y a là 8 prisonniers, autant de gardiens, et un gouverneur, M. de Launay. Il découvre surtout que la Bastille est une prison qui tourne au ralenti. Les gardiens sont en fait des soldats rendus plus ou moins invalides par blessures : borgnes, manchots, unijambistes. Trois d’entre eux, Mathieu qu’un œil, René le manchot et Benoît jambe de bois adoptent rapidement Aimé, qu’ils prennent sous leur bienveillante protection.
    Quant aux prisonniers , ils font quasiment partie de la famille : l’un deux, peintre de son état, décore les murs, un autre grave des cartes à jouer, un troisième fabrique des boîtes à musique, un autre encore sculpte des objets en plâtre. De petits trafics s’organisent gentiment autour de tout cela. Bref, il règne dans la forteresse, symbole de l’absolutisme, une ambiance plutôt bon enfant.
    Lors de ses permissions, Aimé fait la connaissance d’une cousine, Cornélie, qui lit l’avenir dans les cartes. Évidemment, elle entrevoit les événements qui vont se produire, ce qui donne une distance ironique à beaucoup de situations.
    Car la tension monte dans Paris. Par précaution on fait entreposer dans la Bastille poudre et canons, non pour défendre la forteresse, mais pour mettre les armes en lieu sûr. Bref, personne ne s’attend au moindre assaut, quand les émeutiers arrivent, au matin du 14 juillet.
    La grande originalité du livre, c’est de faire vivre la prise de la Bastille de l’intérieur, un bâtiment défendu par une troupe d’invalides et par un gamin de 13 ans. Tout ce qui est décrit est évidemment parfaitement historique. Les émeutiers parisiens n’ont délivré, en fait que quelques faussaires et un aristocrate accusé de détournement de mineurs. Cette vision privilégie l’histoire au quotidien, à travers le regard d’un garçon de 13 ans. Elle permet de donner une foule d’informations historiques, en conservant un grand plaisir de lecture.

    Source : Milan
  • Caractéristiques